Votre transpiration l’atteste, vos aisselles le confirment, il fait très chaud.

Pourtant, certains employés sont encore forcés de venir au travail avec des vêtements lourds et inadaptés aux températures actuelles.

Les entreprises vont-elles être contraintes d’offrir plus de liberté vestimentaire avec des épisodes de chaleur de plus en plus fréquents ?

Dit plus scientifiquement, la France connaît une plume de chaleur très précoce, avec plusieurs pics à plus de 35 °C ce jeudi.  Et calice jusqu’à la lie : le tout en travaillant ! Car en plus de se multiplier et de devenir de plus en plus fréquentes, les vagues de chaleur sont de plus en plus précoces en France. Loin des mois de juillet et août, où une bonne partie des Français sont en vacances et peuvent compter sur la fraîcheur de la plage et des mojitos, le thermomètre grimpe désormais dans un pays au boulot.

Avec ces températures qui s’affolent, n’est-il pas temps d’adapter un peu plus le monde de l’entreprise et son dress code parfois impitoyable ? La révolution vestimentaire n’a certes pas attendu la chaleur pour démarrer. D’après une étude menée en 2021 par IWG, cabinet spécialisé dans les espaces de travail flexibles, 59 % des sondés déclarent que l’époque des tenues formelles était révolue, 55 % affirment mieux travailler lorsqu’ils s’habillent comme ils le souhaitent, et 64 % des salariés souhaitent aujourd’hui opter pour des vêtements confortables au bureau. Alors avec ces canicules à répétition, voici peut-être l’occasion d’enfoncer définitivement le clou et de se libérer de tout carcan. 

Petit rappel législatif : de base, au bureau, vous êtes libre de vous vêtir comme vous le souhaitez. Deux exceptions demeurent : l’employeur peut imposer une tenue de travail pour des raisons d’hygiène ou de sécurité, comme des blouses à l’hôpital ou les équipements de chantier. Dans ce cas-là, c’est l’inverse de l’effet espéré dans ce papier, à savoir que « l’employeur doit veiller à ce que les salariés portent la tenue adaptée et ne troquent pas leurs équipements de protection individuelle – chaussures de sécurité, casques, vêtements de protection – contre des tongs, shorts, chapeaux ou casquettes ».

Second cas, l’employeur peut imposer une tenue pour faire valoir l’image de l’entreprise. S’il paraît justifié d’imposer des règles vestimentaires – voire un uniforme – aux salariés en contact avec la clientèle ou aux commerciaux, le débat est beaucoup moins tranché pour les salariés qui travaillent dans des bureaux et ne rencontrent pas de clients. A ce premier flou s’ajoute un deuxième. Si techniquement, la tenue est libre, une tenue décente peut être exigée, par exemple pas de maillot de bain. Alors certes, on ne comptait pas aller au travail comme à la piscine, préférant garder nos tenues caleçon-pyjama pour les joies du télétravail. Mais pour peu que notre employeur trouve que les bermudas ou les manches courtes ne sont pas franchement décents, nous voilà à nouveau en train de transpirer.

Abonnez-vous à notre newsletter

Leave a Reply

Your email address will not be published.